La fabrique du monde

Mon père n’était pas riche

et je ne le suis pas

Mes enfants, heureusement

bien plus prospères que moi

savent aussi goûter bien

mieux les choses

Et pourtant, rêvant hier

devant des extraits de Marx,

 Fourier, Proudhon, Colson,

je me disais que peut-être

 ma branche généalogique

avait-elle pris bien au rebours

de la loi du progrès

un ascenseur asocial ?

Où sont les hommes qui se  parlent,

qui prennent du temps pour

s’inquiéter des uns et des autres

pour réunir autour d’une tablée

les visages de l’amitié et du lien ?

Je n’y ai guère contribué à dire vrai

tant ma sauvage nature

se satisfait mieux de l’instant

et des choses profondes

Mais pourtant, ce que j’ai perdu

en matérialité est une goutte de misère

comparé à ce que j’ai gagné

quand je comprends d’un regard

quand je sens sans rien dire

quand je peux apaiser et rire

quand me suffit la satisfaction

des miens

Quand un ami se perd avec moi

dans la fabrique du monde

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.