Noctambulie

Les jeunes qui s’ennuient

la nuit

promènent leur tête vide

à fond dans des bolides

qui malmènent  les rues

à grand renfort de bruit

Leur musique fanfaronne

tristement dans le noir

à 2  heures et demie

ou 4 heures moins un quart

et d’absurdes refrains

aux accents d’artifice

scandent le credo urbain

des vies que tout éteint

Mais parfois un seul homme

tranquille et solitaire

salue la lune en fredonnant

et je chante avec lui

 quand je ne dors pas

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.