Lettre à A

Je t’écris dans le petit matin

soyeux et clair

Je suis seule et la maison

respire tranquillement

son grand dos craque

alors qu’elle s’éveille

Je te donne cette heure

matutinale et franche

dans son chaud

parfum de café

La fenêtre ouverte

exhale sa douce odeur

de levure, d’arbres mouillés

J’ai tout le temps

de penser à toi

dans ton logis

étroit et tempéré

où les heures n’existent pas

Toi seule me rend

ainsi bavarde

De plus en plus souvent

mon silence plante ses échardes

dans la dure chair du temps

Mon espoir est grand, tu sais,

que la paix que tu incarnes

relève la mémoire des gisants

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.