Commençons donc par le rire

Un ami m’a dit

avec la plus belle intention du monde

« Imagines si tu étais ceci ou cela

combien ce serait pire ! »

Je n’ai guère répondu

car depuis mon âge tendre

il n’est rien que je prétende mieux

que de devenir ce que je suis peut-être

C’est-à-dire un chaînon d’humanité

qui certes n’a de princesse ni l’atour

 ni la traîne ni le train de vie fastueux

mais qui à aucune souffrance ne se complaît

Ami industrieux et oublieux du rire

sache que j’en ai donc à revendre

et qu’avec toi je veux bien le partager

c’est l’or qui rend plus riche

c’est l’habit qui me pare

et dont je te céderai

la moitié

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.