Au soir

Juste avant que le ciel ne trébuche

il se pare de mystère, d’or sombre et d’airain

de l’eau monte un souffle,  et des ombres soudain

glissent sur votre visage des peurs ancestrales

C’est l’heure où les familles rebroussent chemin

un coureur solitaire presse le pas et loin,

loin devant vous monte du fond des âges

le hurlement d’un chien pris d’une crainte sauvage

Dans mes poches, blotties, mes mains serrent un caillou

minuscule et gris, une feuille froissée au veinage meurtri

Des arbres et des taillis sourd l’haleine froide

du soir qui envahit la plus petite des âmes

J’aime à suspendre mon cœur au milieu des broussailles

où rouge et clignotant il attend un peu mieux

que mon imaginaire clôture ses histoires

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.