Oratio

J’aimais du verbe le bâton rompu

 le flux que rien n’éteint

quand des êtres qui s’aiment

trouvent à converser

plus de feu et de joie

qu’à posséder l’or du silence

Aujourd’hui, je ne parle pas

Je cède le pas devant l’utilité

 les obligations calendaires

 la toute-puissance du progrès

qui rend nos doigts plus bavards

que nos voix

Ce n’est pas un monde pour moi

Alors le plus souvent je dialogue

avec mon corps tendu de danse

avec mon regard, avec mes mains

 avec que je dessine et ce que je crois

Ce n’est pas difficile de se taire

car tout mon esprit parle

même quand je dors

et que mort ou vivant le monde s’élève

Je sais désormais la toute-puissance

de préférer être désirée

ou de me taire plus que jamais

pourvu que rien de médiocre ne perce

le puissant mystère de ce qui est tu

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.