Archives de catégorie : Les poésies de Colette

Terre à terre

  Le monde  est minuscule une lunule rongée jusqu’au sang Je le croyais géant J’imaginais sans peuple d’immenses vacuités d’intenses marécages de profondes forêts Un petit être fragile portant dans ses artères des ombres indécises a refermé ses paupières sur … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , , | 2 commentaires

Enfants

Jamais je ne voudrais, enfants, devenir la dame dont vous diriez avec regret « il était temps qu’elle parte » ou « elle n’était plus que l’ombre d’elle-même » Moi, je voudrais rester épaisse, opaque suffisamment pour exister garder dans mes muscles, dans ma … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , | Laisser un commentaire

Pas à pas

J’ai dit à ma fille Je marche  sur un pont qui mène de l’autre côté et une fois traversé je regarderai l’autre rive comme avant Mais de quoi parles-tu ? m’a-t-elle répondu J’ai dit à un homme qui compte que parfois … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , , | Laisser un commentaire

Ce qui nous fait hommes

Être de mèche avec toi Porter l’odeur des rues noires dans mon col la moiteur de ta paume au creux de mes poches Ce qui nous fait hommes est si étrange un chemin de regards et de frôlements soyeux de … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , | Laisser un commentaire

La tête de Valentine (un poète, ce n’est pas sérieux)

J’aimerais bien perdre la tête peut-être qu’elle roulerait jusqu’à toi tu pourrais y mettre des violettes un poisson rouge ou je ne sais quoi la peindre et puis la vernisser en faire l’emblème de ta vanité ou un beau presse-papier … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , , | 2 commentaires

Homo touristicus

Nous sommes des hommes-valises Chaque matin, sur le pavé, jette son lot de valisettes avec roulettes et poignées dûment poussées par des coureurs de toute sorte Des bouches, des halls, des embarcadères, des portes à tambour, des tarmacs usés, des … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , | 4 commentaires

Rizette (le z est volontaire, ne sortez pas votre tomahawk)

Le dimanche, la rue se réjouit d’être seule, enfin Son dos vicié de maisons louches, coquilles pleines à ras bord accrochées à ses reins humides, cherche le repos C’est le moment où d’industrieux Bernard L’ermite quittent subrepticement leur gîte en … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , | Laisser un commentaire

Celle qui sourit

À contre-courant de celui qui voudrait qu’aujourd’hui on ne respire pas, pas même d’une seule branchie ou d’un quart de narine et qu’on parle ou écrive en se gardant d’exister je prends de la place le maximum que je m’autorise … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , , | Laisser un commentaire

Miroir avec tain

Il y a du Napoléon  dans ta grandeur du Baudelaire dans tes écrits du Satie dans tes rythmes Tu as l’œil de Garbo le cou d’une statue grecque et une cervelle de… moineau ! Qui échappe ici à la satisfaction de … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , | Laisser un commentaire

In corpore sano

Pierres plates, mer et ruisseaux arbres, brume, neige, vent, copeaux sable et poussière nature mère, marâtre pâture où paissent lentement mes rêves recevez mon corps, c’est de lui que je parle Lui dont je pose la prairie longue chair, moelleuse … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , | Laisser un commentaire