Archives de catégorie : Les poésies de Colette

Noctambulie

Les jeunes qui s’ennuient la nuit promènent leur tête vide à fond dans des bolides qui malmènent  les rues à grand renfort de bruit Leur musique fanfaronne tristement dans le noir à 2  heures et demie ou 4 heures moins … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Laisser un commentaire

La fabrique du monde

Mon père n’était pas riche et je ne le suis pas Mes enfants, heureusement bien plus prospères que moi savent aussi goûter bien mieux les choses Et pourtant, rêvant hier devant des extraits de Marx,  Fourier, Proudhon, Colson, je me … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , , , | Laisser un commentaire

HOP !

Je l’ai écrit, tout se vide en août Seuls le mécréant, le pauvre, le maudit l’exilé, l’oublié, l’isolé se retrouvent errant sous un soleil sans pitié Et toi, me direz-vous, toi qu’as-tu donc fait ? Tel le papillon, j’ai goûté … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Laisser un commentaire

Estivalière

J’ai dormi, spartiate, sur un grand tapis bleu avec le visage de la nuit penché sur moi J’avais pour me couvrir un peu d’herbe et de mousse et le grand abandon qu’autorise le noir Jamais je n’ai aimé l’été et … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Laisser un commentaire

Sur le chemin tracé d’herbes hautes

la chaleur de juillet mordait les mollets Des fougères languides, une mousse grisée montaient à l’assaut des troncs Dans la forêt la lumière se fraye un chemin quoi qu’il arrive et l’odeur fauve et chaude qu’elle réveille dans la terre … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Laisser un commentaire

Apollon

Ce qui nous a donné la vie se reprend Ardent, fendant de son arc d’or  nos poumons fragiles habillant nos échines de durs frissons régnant du haut de son olympe et se riant de nous Maître du soleil et de … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Laisser un commentaire

Nocturne

Au fond de mon sommeil un autre monde attendun chemin y serpente au milieu d’un volcandont les parois sont de noires imposturesAu pied d’un arbre blanc un enfant dortavec dans sa main un bâton oubliéJ’avance au milieu d’un peuple chamarrépourtant … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , | Laisser un commentaire

Gloria Mundi

J’ai pris du cuir, de la laine, de la soie Du cuir pour renforcer mon moi tout en le rendant souple, ductile mais assez résistant De la laine pour sa douceur féconde son léger râpeux réconfortant et  régressif De la … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | 4 commentaires

Retour vers le futur

J’ai senti dans ses murs comme une vie oubliée L’ombre douce gainait les meubles d’un ennui ductile Sous les lampes bourgeoises, des tissus chamarrés disaient le soin et la contrainte Dans la cuisine aux volets clos, des placards exhalaient des … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Laisser un commentaire

Eau

J’attends l’offrande de la pluie sur mon sommeil Chaque nuit, et quand vient ce baptême Ce magique ondoiement sur mes volets ouverts Je reste éveillée, écoutant la musique Et son tambour impérieux sur mon toit Il me semble que dehors … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , , | Laisser un commentaire