Archives par mot-clef : les poètes ce n’est pas sérieux

La tête de Valentine (un poète, ce n’est pas sérieux)

J’aimerais bien perdre la tête peut-être qu’elle roulerait jusqu’à toi tu pourrais y mettre des violettes un poisson rouge ou je ne sais quoi la peindre et puis la vernisser en faire l’emblème de ta vanité ou un beau presse-papier … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , , | 2 commentaires

Chapeau bas (les poètes, ce n’est pas sérieux)

Je le lève parfois à l’approche d’un autre que je salue si bas. ô belles patenôtres ! Mes respectueux hommages, mes passives pensées viennent joncher souvent quelques cireux planchers c’est plus fort que moi tant me point en idée un si suspect respect … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images | Tagué , | 2 commentaires

Crue

Étrangement, je n’ai pas suivi la courbe de ton doigt Ni la trace de ta bouche Je n’ai pas murmuré ni rien écrit Le corps a ses silences que l’humeur décime Je suis absente de tout Et ce grand vide-là résonne … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images | Tagué , , | Laisser un commentaire

Croquemitaines

Que le croquemitaine m’abouche avec le grand Lucifer Que les fées des arbres m’attouchent de leurs baguettes d’or vert Je peine à trouver de l’air, je respire à petits poumons Que d’ennui, que de suspensions, que d’atermoiements Que d’enfermement ! Alors … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images | Tagué , , | Laisser un commentaire

Gros mot (les poètes, ce n’est pas sérieux)

Un gros mot s’est glissé tout plissé, tout ridé Dans ma bouche, dans ma bouche Comme un animal farouche Il a roulé sur ma langue Bien au fond jusqu’au palais A chatouillé ma luette et frotté mon épiglotte Jusqu’à me faire … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , , | Laisser un commentaire

Poète, poète, tralala …les poètes, ce n’est pas sérieux acte ?

Comment gères-tu tes césures et tes rimes Ma très chère et tes stances, ta scansion As-tu compté dûment les beaux pieds de tes vers As-tu cherché encore à  éviter l’effet Si grégaire et gênant des allitérations Et puis ces points surfaits, cette … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , , | 2 commentaires