Archives par mot-clef : poème de nona-mour

Le vivant et rien que le vivant

Bien sûr, j’ai le souffle du vent sur moi, l’haleine de la rue Bien sûr, sous ma semelle le goudron sans la terre Bien sûr l’écho de la rivière qui s’efforce de tracer sans jamais se lasser son chemin sous … Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans Les poésies de Colette | Tagué , | Laisser un commentaire