Les chats de madame Prétend !

Mon immeuble hors d’âge a un atout secret : un carré de jardinet dru, décoiffé comme un jardin de curé, avec un banc de pierre pour les amoureux,  des roses échevelées, un tilleul vénérable et des herbes potagères….Il possède aussi sous ses arcanes un escalier de pierre blanche, aux marches inégales, usées et ravaudées par les seaux d’eau et le frottement des pieds, beau comme un visage de grand-mère. Dans la grande cité maléfique de Villeurbanne, ce drôle d’endroit a des allures de province de belle époque un peu perdu.

Il pousse aussi dans ce jardin quelques créatures magiques, aux yeux d’agate et de turquoise, qui, sitôt que vous avez pénétré dans le hall d’entrée, encerclent vos chevilles de colliers de fourrure odorants et sonores : ce sont les chats de madame Pretend !

L’un est bancroche, trapu, et gris de poussière. Il lui manque un bout de patte et un de ses yeux reste fermé. C’est un rescapé de naufrage affectif, qu’une main folle a balancé du haut du quatrième étage un jour de colère. L’autre est blanc et précieux, fourré comme une gaufrette avec un regard de lapis lazuli à faire frémir les bijoutiers de la place Vendôme. Le troisième ne vous regarde jamais, son regard croisé et altier louchant de guingois vers les places fraiches du jardin, sa robe crème et ivoire venant à peine se frotter à vos jambes sans un son. Le quatrième ressemble à un plumeau en colère, un jaillissement de poils noirs encadrant deux yeux verts sulfureux, et que sa glorieuse queue en panache trahit même lorsqu’il essaie de se cacher. Le dernier enfin n’appartient à personne : c’est un jeune mâle roux et blanc, au regard océanique, que le bouche à oreille a sûrement transporté là, dans ce paradis pour chat !

La déesse tutélaire de cette gent féline habite au premier ; Il n y  a pas beaucoup de gens sur qui elle pose le regard amical et chaleureux réservé à ses chats, madame Prétend est une sage ! Que les humains ont quelque peu froissée. Entre ses fleurs et ses chats, elle tutore ce jardin d’une main ferme, mais aimante, sème ici ou là quelques assiettées de nourriture  et de lait, et s’amuse de ce qu’ici, les chiens ne fassent jamais la loi !!!! Les gens ne la font pas non plus, qui finissent tous par prêter leurs genoux à ces tièdes tapis soyeux, leurs mains aux dos tendus et leurs oreilles aux feulements exigeants de ces fauves citadins !

Il ne manque pas même à cette oasis, la cabane du fond des âges, un vélo pendu à un clou rouillé, et le chant du rossignol, dont l’incongrue joliesse dame le pion aux klaxons et aux ronflements des moteurs ! Ni le chant du pigeon qui, comme certains lecteurs fidèles le savent déjà, gîte dans ma cheminée, d’où ses roucoulements glissent dans mon salon. Une protection nécessaire contre cette gent miaulesque devant laquelle, pour entrer dans le jardin, il faut faire patte…de velours !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les Chroniques d'Emilie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Les chats de madame Prétend !

  1. Magnifique! Évocatrice atmosphère et très drôle descriptions des chats de Madame Terpend !

    J'aime

  2. Phédrienne dit :

    Merci Barbara, pour vous qui êtes comme moi une fan de Baudelaire, les chats sont plus qu’évocateurs de mystère et d’étrangeté :)!

    J'aime

  3. Vous avez raison. J’aime la precise et charmant description que vous faites des chats; le gris (pauvre), le blanc d’un regard de lapis-lazuli, le crème, le noir des yeux sulfureux, ce qui a un regard óceanique… Très belle!

    J'aime

  4. Phédrienne dit :

    J’aime tant à partager ces visions , le monde nous tend à chaque instant des choses à regarder, juste à nos pieds et au delà :)!

    J'aime

  5. Le bonheur se trouve dans les petites choses qui nous entour. Mais il faut s’arrêter pour regarder de près ou de loin… Et cela vaut la peine!

    J'aime

  6. Phédrienne dit :

    J’ai tendance à penser que microcosme et macrocosme ne sont que les deux aspects d’un seul univers….juste une question d’angle de regard !
    Amitiés, Barbara !

    J'aime

  7. Tout à fait d’accord. Et en plus je crois que nous ne voyons q’une partie de la realité. Il ya peut être plusieurs dimensiones. Amities!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s