Hystérésis

Frottée à la vapeur méphitique

Des enfers terrestres

Je résiste

A toute heure, à tout crin, à toute vapeur blanche

A toute exhalaison funeste

A tout ce qui me hérisse, me rebrousse-poil et me turlupine

Atome par atome, chaque fibre, chaque brin

De ma minuscule personne se hisse, s’arc-boute, s’érige

En petit bloc de refus

Magnétique, aimantée de pôles revêches

De non, nada, niet, nicht, no, nenni

Et d’un oui majeur à tout ce qui mousse

De délices, de joie, de jouissances et d’envies

Je pied-de-nez-de sans brides abattues

A tout ce qui ronge de laideur

Je crois en ma propre ferveur

Et aux anges je souris, béate

Sur mon planisphère isolé

Tout en stuc, en carton et en strates

De belle ouate confortés…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s