Ellipse

Dans ces longues et lointaines ellipses

La vie me glisse sur la peau

Comme un vêtement un peu lisse

Dont je retiens quelques lambeaux

Juste de quoi écrire un mot

A l’encre verte, bleue et noire

Aux couleurs du jour et du soir

Et puis…..

Moi, je veux  juste être le grain

Un peu de sable sur le chemin

L’ombre de la plume qui vole

Le revers d’une faribole

L’instant qui pulse en battement

Une songerie de printemps

Une princesse au jour rêvant

Et puis…

Me poser juste sur une fleur

La boire à cœur et à cœur

Jusqu’à m’enivrer comme un fou

Et juste rester à genoux

Pendant que la crème et l’ivoire

Tombant des jours sans mémoire

Eclairent d’or ma vie…..

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s