Transfuge

 

Entre dérobade et vertiges

La cambrure de ton âme ressemble

A s’y méprendre à ces nefs d’église

Que la foi a désertées…

Paysage rongé de ronciers et aride

Où nulle eau ne serpente

Où nulle joie ne se créée…

J’en connais de ces vaisseaux amers

Qu’une houle bascule

En roulis de bitume

Et qui ne veulent plus même

Etre sauvés !

Et frotter leurs cœurs vides

A l’aumône du temps

Battant à pleine pompe

L’heure de tous les vents !

Crois bien que ma lanterne

Se brise plus qu’à son tour

Sur des récifs étranges

Aux étranges contours

Mais je les veux mouvants

Malléables et tordus

A l’aune de mes désirs

Trempés d’encre et perdus

S’ils ne s’écrivent pas…..

Je suis une maison

Balayée de printemps

Et qui se refuse à mourir

Tant qu’il restera

Quelque chose à faire frémir

A la pointe de mon regard

Transfuge

De toutes les mémoires…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Transfuge

  1. Oh que j’aime ce petit diable dans votre tête. Vos mots me transportent, résonnent, questionnent.
    « Je suis une maison

    Balayée de printemps

    Et qui se refuse à mourir

    Tant qu’il restera

    Quelque chose à faire frémir »
    Et j’ai frémi…moi, une transfuge.. .merci

    J'aime

  2. Degustar y saborear las palabras una a una… deletrear los versos despacio hasta que sus sonidos sean como cristal transparente que envuelvan todas las miradas… de todas las memorias. ¡Magnifico! Un abrazo de admiración.

    J'aime

  3. Phédrienne dit :

    Barbara, c’est un beau cadeau que vous me faites par vos mots, comme toujours !

    J'aime

  4. rechab dit :

    Bonjour, je me verrais bien re-publier votre poème sur art et tique et pique – si vous me le permettez, bien entendu…

    le nom de l’auteur est mentionné, et il sera déposé alors un lien en rapport avec votre blog

    Bien à vous
    RC

    J'aime

  5. Ping : Colette Fournier – transfuge « Art et tique et pique- mots et gammes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s