Juste en deça

 

 

_MG_6661

Flottent les murmures

A mes rideaux accrochés

Volutes rouges des pensées

Légères et sucrées

Déroulant leurs anneaux

Sous mon plafond marbré

Je rêve sur le dos

Les bras en éventail

Mon corps est un sérail

Une œuvre inachevée

Puisque le sommeil le fuit

Et que je songe tout éveillée

Juste en deçà

Le bois craque, les objets chuchotent

Dans leur robe de porcelaine nacrée

Un reflet bas coulisse sous mes volets

Juste le temps de l’écrire

Une fleur soupire

A sa manière hâtive et creuse

Le matin attend son heure

Et moi j’attends la discipline

Du stylo et de l’orgueil

La saveur moirée

De mon café brûlant

Et de sa magie noire

Juste au soleil levant…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Juste en deça

  1. TK.Kim dit :

    quels mots…. merci

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Merci à vous, pour votre présence 🙂 !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s