Cheyenne

20170910_171301

Je suis une Cheyenne sans abri

qui cherche l’eau, la pierre équarrie

la tanière de feuilles sous la pluie

Ma peau de cuir et de suaire

chair frottée d’attente chère

aspire au vent et au froid

à l‘éclat du fruit solitaire

que l’été a laissé germé là

Ma trace entre marais et joncs

à peine marquée des tisons

qui brûlent mon âme entière

se fraie un chemin de silence

en s’égarant encore un peu

Je suis la Cheyenne d’un pays

qui se trouve ailleurs qu’en moi

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s