Pas à pas

J’ai dit à ma fille

Je marche  sur un pont

qui mène de l’autre côté

et une fois traversé

je regarderai l’autre rive

comme avant

Mais de quoi parles-tu ? m’a-t-elle répondu

J’ai dit à un homme qui compte

que parfois j’ai besoin de la crudité

de la nudité, de l’acuité terrible du réel

Mais de quoi parles-tu ? m’a-t-il répondu

J’ai dit à mon fils

Souviens-toi de moi

avant que j’oublie que je suis mère

Mais de quoi parles-tu ? m’a-t-il répondu

Je me suis dit à moi-même

Allons droit devant

capturer l’instant qui sommeille

Je sais de quoi tu parles

me suis-je répondu

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.