Amis

À quoi jugerais-je que nous sommes frères ?

Sans lien de chair ni de sang

sans coutume ni usage ni image convenue ?

Je crois que j’entends ta voix

doucement dans les étoiles

même quand tu ne me parles pas

Je crois que je sens ton cœur battre

dans ma mémoire

Je  crois que le fil de tes histoires

s‘enrubanne à mon cou

et que je ne t’oublie pas

Alors vois-tu l’amitié m’est serment

quoique sans sacre ni couronne

et dans la grande liberté

à laquelle je prétends

loin de me borner elle m’étend

comme une mer sans rivage

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.