Café noir

 

Dans tes volutes dessinées à l’encre brune

Dans ton parfum âcre et diapré

Je brûle parfois ma mémoire

Et je m’enjôle de tes marées

Mon café noir

Ebène dure à peine voilée

D’un manteau de crème soufflée

Cercle divin où même le diable

Finit par perdre ses pensées

Je te sais poison et victoire

Et parfois te tiens éloigné

Mais ton parfum en bobinoir

Suffit à me tenir liée

Mon café noir !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Café noir

  1. On a envie d’y goûter !!! J’adore !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s