Balai anti poussière

Lorsque l’on s’intéresse avec curiosité aux auteurs et aux querelles du passé, on découvre vite que certaines disputes sont intemporelles. Parmi celles-ci, le débat récurrent qui oppose les tenants des arts dits authentiques et ceux qui, mûs par leur seule passion ou envie, s’efforcent de faire, sans tenir compte des courants ou des obstacles.  Sur les réseaux sociaux, notamment,  je lis de plus en plus fréquemment d’arrogants statuts qui célèbrent à coups de mots pourfendeurs la vraie littérature et les vrais lecteurs au détriment des écrivains amateurs (entendez par là, non reconnus d’eux ou pas assez célèbres), et des faux lecteurs.

Cette dernière appellation mérite qu’on s’y arrête un peu : qui est-il donc ce faux lecteur qui gâche ses euros par l’achat de faux livres, perpétuant ainsi, sans le savoir, l’odieux marché des contrefaçons ? Comment le démasquer sous ses lunettes en carton de mauvais lecteur, de barbare incapable de goûter la vraie langue et les vraies figures de style ?

Personnellement, je suis plutôt dans  l’embarras…Pour  faire fi des faux lecteurs et des faux auteurs auto proclamés qui se roulent dans la fange de leur auto satisfaction, que peut-on faire ? Moi-même, qui suis un auteur modestement distribué et sans notoriété, je dois me tâter et me pincer pour me prouver que je suis vraie, m’emparer de mes petits livres qui ne figurent certes pas au panthéon des grandes œuvres et me demander si je ne devrais pas plutôt les faire brûler sur le bûcher de mes vanités …quel dilemme !

Cependant, les mêmes qui stipendient régulièrement les auteurs couronnés de prix et auréolés de la gloire de leurs chiffres de vente, se drapent dans leur dignité d’artiste méritant et au-dessus de tout ça, sont toujours assez pressés de signaler leur présence dans maint et maint événement, de promouvoir leurs créations à longueur de fils ( oui, mais bon, là, ce n’est pas pareil, les malheureux ne pouvant s’adosser à un bon réseau de distribution et de marketing, n’est-ce pas, il faut tout faire soi –même), sacrifient au népotisme exactement de la même façon que les gens qu’ils dénoncent avec aigreur, en se renvoyant de copain à copain louanges et glorifications, tout en continuant de taper aussi avec allégresse sur plus petit qu’eux !

Du coup, je me dis moi qu’on pourrait peut-être initier un autre mode de faire et surtout de penser, où on commencerait à admettre que toute personne désireuse de promouvoir l’écriture, la lecture, l’amour de la langue et de la création, participe à leur essor, peu ou prou.

Que le problème du panthéon, justement, est qu’il comporte très peu de places ; faut-il pour autant continuer de vivre dans un système qui renvoie à l’égout tout ce qui ne brille pas de l’éclat de l’or ? Faut-il continuer de vivre en cercles restreints, en couches qui jamais ne se rejoignent et à l’intérieur desquels on se réjouit, entre gens qui se croient arbitres du seul bon goût,  de ne pas faire partie du vulgaire ?  Personnellement, je crois que c’est très courageux d’oser faire, de tenter et de montrer et que s’il faut bien accepter le couperet de la critique et la sanction des professionnels, il faut aussi être tenace et savoir revendiquer son statut. Se proclamer, oui, plutôt que d’attendre qu’un juge tutélaire et omniscient daigne abaisser son œil sur votre petite personne !

Je crois donc pour finir qu’un bon petit coup de balai dans tout ce fatras de préjugés  devrait  régler assez bien le problème, non ?

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s