Vois !

Il suffira d’un temps où tu ne demanderas rien

Rien, pas un nom, pas une explication, pas une question insidieuse

Où tu n’auras rien d’autre qu’une audace

Pas la moindre suspicion, la plus petite pénétration de l’inutile

Le plus infime soubresaut d’angoisse amère

La nanoparticule d’effroi, tu sais, celle qui paralyse tout

Il suffira que pour toi, je puisse m’appeler de n’importe quel nom

Qu’il importera peu que je sois blonde ou brune

Nue ou habillée de ces quelques tissus qu’on achète partout

Et qui ne sont le signe que de ma paresse à choisir

Et je pourrais enfin croire que rien n’est acquis

Que tout peut se  conquérir

Surtout ce que d’autres ne veulent pas

Vois ! Je m’amuse à ce délire

A espérer glisser entre le vain et le vin

Pour une ivresse pleine de désirs

Parce que sans le désir, la vie n’est …rien

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s