Quand…

Quand nous aurons fini de pleurer

Assis corps à corps sur le même escalier

Pétrissant de doigts gourds nos mouchoirs trempés

Quand j’aurais fini de verser dans ton oreille entonnoir

Mes mille cris geignards, mes grincements, mes spasmes

Quand je t’aurais abasourdi de mes éreintements

Dis

Consentiras-tu à me tirer par la main

A me secouer d’importance

Jusqu’à ce qu’il sourde de mon corps

Mille tessons, mille rognures, mille murmures ?

Que ma peau frottée à tes égarements

Se desquame, se polisse, se façonne et s’irise ?

Alors

Quand mon esprit transparent, expurgé et futile

Pèsera moins qu’un seul de tes cils

Souffle, souffle tant que tu le peux

Dissipe-le aux quatre coins de la terre

Et nous serons tous deux ravis…

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Quand…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s