Tu peux partir

Je te parie que nous pourrons briser les murs

Il fait si doux dehors

La brise me rassure

Rien ne te lie à moi

Tu peux partir demain

Je te parie que nous pourrons jeter du lest

confier au vent du sud nos tapis de querelle

le feu déjà éteint porte son ombre belle

sur la colère d’hier, sur la joie de demain

Rien ne te porte mieux

que ce vouloir étrange

à voir de tes yeux

les grandes rives du Gange

Je te parie cent larmes que nous rirons enfin

des désespoirs outrés de nos cœurs espagnols

et dans un tango lent, sur un pont de fortune

nos mains seront la traîne de nos corps oublieux

Rien ne dessine mieux

sous tes paupières tendres

ce fin réseau de lignes

où s’écrit ton destin

Tu peux partir demain …

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Mon réflex et moi, univers d'images. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s