Alter ego

Là où ta pensée m’évade

c’est la mer

ses troupeaux bleus

son manteau vague

ses longues plaintes

son mystère écumeux

Je compte sur toi

sur tes mondes si pleins

tes greniers  d’abondance

dont j’aime tant les grains

Ami, inconnu de passage

aux mains marquées de vie

à l‘encre  bien moins sage

que mes  propres graffitis

Je suis curieuse de toi

de ta mémoire, tes longs chemins

de ton audace, de tes habits de prince

ou de vaurien

Là où ta pensée m’évade, c’est la terre

ses longs méandres de sable et de boue

ses plaines d’aventure et de poussière

où se dessinent nos destins de plumes

et de vent

Ta maison de carton ou de pierre

m’est un palais lorsque tu m’y reçois

tant mon âme pourtant si solitaire

aime à s’y nicher, parfois…

 

 

 

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s