Je vais attendre le printemps

9544.JPG

 

Toujours en avance sur moi

qui guette ses premiers émois

ses pousses dures sous la terre

j’aime qu’il avance à petits pas

alors que le froid souverain

plante ses bannières cruelles

Echarpe molle autour du cou

 et mains gelées au fond des poches

je cogne le sol à pleines galoches

pour entendre ses premiers sons

Il chante le printemps

 presque silencieusement

dans le tissage lent et doux

des bourgeons gorgés de promesses

dans les draps blancs du ciel chargé

de flocons déjà désarmés

Et je patiente

dans mon sommeil d’arbre

qui connaît la valeur des songes

dans mon calme d’eau sous la glace

où se contemplent mes frissons

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s