Le secret

Je vais te chuchoter à l’oreille
Mon imparable secret
Je voudrais par un temps pareil
Percer le mystère de tes jeux
Arpenter la magie des lieux
Qui te font homme
J’aime poser sur ma table
Des verres devenus inutiles
Car me sied le brouillard blanc
Qui efface à grands coups glissants
Un monde qui ne me parle guère
Moi c’est ton cœur battant, battant
Que je veux voir poindre au levant
De mon matin qui désespère
D’avoir un bout de vérité
Un élan de sincérité
Une nudité d’âme prospère
Parfois me fatigue l’ennui
Léchant de ses vagues le tapis
De mes habitudes légères
Moi c’est ta vie sonnant sonnant
De son appel tout frémissant
Le fracas des murs de peine
Que je souhaite comme une enfant
Que lassent les disputes des grands

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s