Edition illimitée

En édition illimitée

opus en peau et satin

pages couleurs de malice

main posée sur mon sein

Qui choquer d’autre que le ciel

mouvant par-dessus  les toits

quelques nuages  bien véniels

un moineau égaré par là ?

Qui nous dit que l’esprit veille

jalousement à enfermer

ses idées fixes et ses querelles

bien loin du corps, empesées

dans l’anorexie des caresses

des fois que cette  malnutrition

provoquerait, quelle diablesse,

un coup de génie sans frissons ?

En édition illimitée, provoquant

à peine posée, la brisure du temps

sur ma fenêtre,

parce que me plaît à exister

joyeux et libre, non censuré

le livre des heures espiègles

à écrire à doigts feutrés

pendant que le soleil veille

 

Advertisements

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s