A l’œil nu

Sans plomb ni châsse

pas même chauffé au rouge

mon miroir à facettes

face-à-main

face au tien

te reflète

Et moi, postée bien droit

comme le héron sur ses pattes

comme un fil à plomb têtu

je te regarde à œil nu

Je te regarde

et ta palette de tons crus

plus osés que ténus

ton âme de brigand

qui se voile de dentelles

C’est moi la sentinelle

de tes pauses perdues…

le sais-tu ?

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s