Dehors

 

 

2349.jpg

 

Je me languis du dehors

la toux qui me transforme en chien aboyeur

me cloue derrière la fenêtre

les pattes arrimées au sol

l’oeil collé aux lingots d’or

que le soleil crée quelques instants

Le ciel est un peu trop loin

sa nappe souple échappe à mes mains

sa coulée bleue sur la ligne des monts

que je devine sans les voir

distille ses envies de départ

sa tentation terrible de la fuite

radeau de nuages éperdus flottant

jusqu’à se dissoudre

au pied d’une colline sans humains

je maugrée contre le statut canin

qui me prive de devenir oiseau

de voler plus haut que la ville

dont les toits bouchent l’horizon

Mais qui sait si je saurais prétendre

à devenir plus légère que moi …

 

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Dehors

  1. anne35blog dit :

    c’est très joli, merci et bravo!

    Aimé par 2 personnes

  2. Un tout rapide rétablissement à vous, Colette !

    Aimé par 1 personne

  3. Aldor dit :

    Soignez vous bien et recevez tous mes voeux.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s