Près de la lumière

J

3048.jpg

Je me tiens près de la lumière

Elle me retient

comme un chat sur un mur étreint

de ses pattes de velours

ce qui lui fait du bien

L’eau creuse ses reins bleus sans frémir

une femme bouddha guette l’envol du ciel

Grain, champ, terre sans soif

je m’irradie silencieusement

 à la chaleur qui me frappe

du cou jusqu’au ventre moqueur

Je me tiens debout sur un mur

dont aucune pierre ne dit rien

Figure de proue joyeuse et pure

autant qu’un serment

et qui ne va guère plus avant

que lui

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s