Nature en ville

Ma  forêt est de réverbères

leurs bras tordus gémissent au vent

comme de vieux chênes grinçants

Les feuilles de papier froissé

qui tapissent parfois mes allées

ne prennent pas au soleil

de teinte brûlée

Il y pousse quelques champignons rares

dont la tête est un vieux chapeau

une kippa, un bout de voile

flottant sans air de drapeau

ou des boucles ensommeillées

maillées d’argent ou bien crêpées

Ma faune marche sur deux pieds

et parfois, elle chancèle

Les oiseaux regardent passer

depuis les toits qui les hébergent

des fourmis bruyantes et pressées

des coléoptères cuivrés

bien gendarmés mais dont les ailes

font parfois bruit de tôle froissée

Ma forêt est de béton ciré

de verre de plastique résiné

l’eau y coule et même y ruisselle

et parfois un petit voilier

de papier blanc mal plié

cherche à travers des grilles sales

le chemin de la Méditerranée…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s