Palimpseste

 

Sur les toits, je l’ai dit, 3 hommes dansaient

ce qui reste des murs entre grillages et clôtures

ce qui reste des murs et des fenêtres tues

ce qui attend d’être haché par des grands crocs de métal

ce qui se tient encore les porte debout

La ville palimpseste creuse ses tranchées

ce qui reste des portes et des seuils

ce qui reste des rideaux et des travées

ce qui attend d’être retenu et raconté

tente de vivre encore hors les murs

Dans les cours écaillées s’effacent des marelles

ce qui parle des vieux, des aînés de si peu

ce qui fleurit encore  dans les venelles

ce qui fait peau morte sous les pioches et les pelles

ce qui était hier, ce qui sera demain

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.