C’est dans la boîte, poème métaphysique

Il devient orgueilleux de dire que je pense

Quelque chose d‘autonome, fugace ou persistant

s’exprimerait de fait du dedans de mon crâne

installé en coucou dans le nid de mon âme

et parlant à tort et à travers

 

Il est vrai que parfois, constatant dans la glace

l’ensemble incongru des atomes formant

ce qu’on a coutume d’appeler une femme,

je me dis est-ce moi ce drôle d’animal

qui me toise impunément ?

 

Ça me répond pourtant d’une voix qui m’étonne

Ça agit, ébranlé par ce sombre occupant

qui tisse dans ma cervelle sa toile

et qui, quoi qu’on en pense, justement,

ressemble  à et se différencie de tout autre

 

Alors, qu’en est-il ? Orgueil ou modestie ?

Choisirai-je sans honte de me draper dans un moi

qui n’en finit pas de nourrir, à défaut des psychiatres,

maints débats ? Si fait, je le veux, c’est mon choix,

arbitraire, que j’impose à tout ce qui semble être moi

 

Quant à ça, quoi qu’il soit, quelles que soient ses manières

et l’insolente façon dont il veut imposer sa loi

je lui tire sans peur la barbe et aussi ma révérence

accompagnée de quelques entrechats

puisque dans ma boîte tout en os il se terre !

 

Na !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.