Exil

Dans ma tasse brûlante

Un grand ciel bleu s’éploie

Là-bas, le vent dorlote les sommets

Là-bas, un étang muet s’ourle de roseaux délicats

De grandes terres brunes ordonnent leurs sillons

 Qu’un seul oiseau survole

Je bois très lentement

J’invente à mesure

Le bois craquant, la feuille sèche, l’herbe roussie

Au fond de ma tasse

La géographie amusée d’une île minuscule

Survit au lent ressac d’une mer qui s’éteint

Il reste dans mes mains une anse refroidie

Dans une heure, je marcherai près de ton ombre

D’où je suis exilée, mon ami

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.