Impromptu

Lors, tu n’as plus de pays

Que mon regard en puits perlé

De larmes pures enrubannées

De sel et puis de sable

J’ai joué à attendre tes heures

Mille secondes et je demeure

A cheval sur l’aiguille creuse

Tic- tac, cherche mon midi

Et je serais ton lendemain

Cherche mes matins

Et je te donnerais mes fièvres

Ou reste loin !

Aux impossibles, je suis tenue

Puisque j’écris au charbon et à l’encre

Et que le doux pastel de mes attentes

S’est dilué dans ton vélin…

 

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Impromptu

  1. Comme tu maîtris les ustensiles des artistes, le charbon , le pastel, l’encre…! Tout de maniére superlatif!!! J’adore, belle sorcière de la Poésie!
    Bisous et bisous.

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Bonjour Barbara
    Je ne maîtrise rien mais j’aime tant cela ! Le mariage de la amtière et de l’esprit, c’est ça aussi, l’art !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s